Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 16:18

      Il ne faut pas être contre la peine de mort uniquement sentimentalement ou émotionnellement, mais logiquement. Les émotions changent mais les arguments restent. En voici quelques uns :

 

      Pourquoi la peine, de mort ou autres punitions absurdes? Pourquoi punir? La société est-elle une mère, est-elle un dieu infaillible qui a le droit de punir et une raison pour infliger des punitions? Les sociétés causent plus de crimes, plus de malheurs, globalement qu’un simple individu, elles n’ont aucune leçon à donner. Et pourtant les dirigeants sont toujours des adultes majeurs quand ils dirigent, et toujours affublés de multitudes de conseillers adultes et même chenus, et ce depuis des milliers d‘années...

 

      Sommes-nous une société? Il semble puisque les droits de l’homme citent deux fois le mot société, il semble aussi puisque nous avons des lois sociales, ou encore puisque nous avons des assistances sociales, et que nous payons des impôts (dont 25% vont à l‘éducation en France).

 

      Les humains sont mis au monde sans qu’ils y soient pour quoi que ce soit. Ils n’ont pas le désir d’exister. Ils sont créés par leurs parents par une volonté dictatoriale. Les parents sont des monarques absolus. Il n’y a aucune démocratie dans la procréation. (À ce propos pourquoi les associés que nous sommes tous avons-nous le droit d’introduire des associés dans l’entreprise sociale, la nation, sans demander leur avis aux autres associés? Mystère… )

 

      Les enfants sont théoriquement désirés par leurs parents, et par la société qui en a besoin pour perdurer. La plupart des enfant aiment leurs parents par simple mimétisme et selon le syndrome de Stockholm dû au pouvoir du fort sur le faible. L’amour est une fonction acquise, artificielle.

 

      Les structures mentales des humains sont vierges de signification à la naissance. Ces significations seront culturelles et artificielles. Les connaissances, toutes acquises, seront incomplètes car aucun humain ne devient omniscient.

 

      Les fonctions mentales sont potentielles et ne se mettent en place que par leur utilisation. Elles seront incomplètes également car aucun humain ne devient omnipotent.

 

      La plupart des parents et des éducateurs ne savent pas ce qu’ils font quand ils tentent d’éduquer un enfant. Ils font pour le mieux afin que l’enfant copie leur comportement. Les enfants sont formatés, ni plus ni moins. La plupart du temps ils sont mal formatés et les parents débiles en accusent leurs enfants. Et les sociétés punissent en emprisonnant.

 

      Il n’y a ni dieu, ni âme, ni libre arbitre, ce sont pures croyances impossibles, et il est inacceptable qu’un pays laïc et démocratique base ses lois sur des croyances. Si un dieu m’avait créé, mon existence avec des défauts de conception et donc des fautes comportementales lui incomberaient. Si nous avions un libre arbitre il faudrait expliquer comment se mettrait en place un libre arbitre sans éducation morale coexistante; c‘est tout à fait stupide. Si un dieu m’avait donné un libre arbitre, ce faisant il m’aurait octroyé carte blanche et aucune morale divine n’y aurait été associée, il se serait lavé les mains de mes actions. Et pourquoi un dieu omniscient, donc sachant à l’avance ses fautes, se mettrait en colère parce que ses créatures déconnent du fait de ses propres erreurs de création? Il n’y a que des humains stupides pour inventer des contes pareils.

 

      Les parents et la société sont les dieux de l’enfant mis au monde, et ils sont totalement « responsables » de leur (pro)création. 

 

      L’invention de l’idée de libre arbitre par les humains ne sert à rien, qu’à foutre les gens en tôle. Elle sert à se débarrasser de la culpabilité des éducateurs sur le dos des éduqués mal formatés. Ce serait à pleurer de rire si ce n’était immonde…

 

      Évidemment le libre arbitre n’existe pas plus pour les enfants que pour les adultes, et on sent bien que seule une évolution culturelle peut apporter une amélioration à nos mœurs stupides et à nos lois débiles… 

 

      Pourvu que cette évolution ne soit pas trop lente, car des milliers de « criminels culturels » victimes d’une mauvaise éducation en pâtissent, sans oublier bien entendu les « victimes culturelles » doublement victimes elles aussi de la « bêtise culturelle » sociale. (Pourquoi sommes-nous 7 milliards..?)

 


 

Et sur un ton un peu émotionnel:

 

      Le prisonnier: Vous la société, vous ma mère, vous mes parents, vous m’avez mis au monde. Vous m’avez donné ce corps d’humain (moi j‘aurais préféré être un oiseau). Vous m’avez éduqué, et vous m’avez nourri, c’est-à-dire que vous avez totalement construit ce corps. Vous m’avez voulu. Vous m’avez nommé. Vous m’avez élevé. Vous m’avez donné mon terrain de jeu, ce pays, cette planète Terre. Vous connaissiez, vous, ce terrain de jeu avant de m’y jeter, cette galère avant de m’y embarquer, avant que je ne l‘appréhende et que je l‘apprenne, et pourtant vous m‘y avez inscrit, installé abruptement avec vos pouvoirs d’autocrates absolutistes. Mais pourquoi l’avoir fait sans me donner les connaissances adéquates pour m‘y insérer… Et maintenant cette société, qui m’a voulu, qui a loupé mon éducation, me puni pour cela…! Parce que le comportement dont vous m’avez infligé ne vous convient pas! La punition est absurde. La bêtise des « punisseurs » est extraordinaire, stupéfiante. Ne me mettez pas au monde si vous ne me voulez pas et si vous ne prêtez pas une attention particulière à mon insertion sociale. Quand une société intervient dans l’éducation d’un homme elle est responsable avec les parents du devenir de cet homme, d‘autant plus si l‘éducation est obligatoire. La peine de mort, les peines sont totalement stupides puisque l’État intervient dans le travail des parents qui ne sont pas maîtres totalement du sujet à éduquer!  Éduquer un enfant c’est le formater. Vous savez parfaitement que vous ne maîtrisez pas l’éducation, puisque vos méthodes changent constamment. Je suis un automobile dont vous ne maîtrisez pas les réglages et c’est moi qui suis puni de vos fautes… c’est réellement totalement incompréhensible.

 

      Vous voulez me culpabiliser! Surtout n’évoquez pas le libre arbitre, vous ne savez pas de quoi vous parlez. Il a été inventé par nos anciens pour se débarrasser de la responsabilité de l‘éducation qu‘ils ne savaient pas gérer parfaitement. L’accusateur doit prouver la culpabilité et la responsabilité de l’accusé. La responsabilité ne peut exister que si le libre arbitre existe, et c’est aux accusateurs de démontrer cette responsabilité de l’accusé et donc l’existence du libre arbitre. Il me semble que c’est un point de droit formel… Je suis mis au monde dans une structure  (mon corps) vierge d’information et vierge de signification. C’est vous qui formatez tout ça… très mal. Mon corps et ma pensée ne sont qu‘un. L’univers est un continuum (espace temps), et je suis une part de ce continuum. Comment peut exister le libre arbitre dans un continuum? Si vous désirez le libre arbitre vous devez rejeter la mécanique quantique, la génétique, la psychanalyse, etc.., en fait toute la science. Le libre arbitre n’est pas une connaissance scientifique, c‘est une croyance sans fondement. Je suis la résultante de la trajectoire de toutes les particules qui me composent.  Ce n’est pas moi qui active mes neurones. Mes besoins, mes désirs, mes intentions, je ne sais où ils se situent dans mon corps, je n’ai aucun moyen de le savoir, je n’ai aucun moyen d’influer sur leur infrastructure, sauf par trépanation. Ma mémoire n’est pas un disque dur, je ne peux faire de balayage pour situer mes informations mentales. Et les fonctionnalités de ma pensée, comment les gérer, les modifier, les améliorer, sans savoir ni où elles se situent ni de quoi elles sont faites? Je suis éduqué pour faire des associations. Je réagi au monde extérieur en fonction du formatage que vous avez effectué (très mal). Je suis uniquement un système réactionnel. Si vous ne maîtrisez pas mon formatage initial, je n’y suis pour rien. Vous avez le droit de vous protéger (peut-être…, probablement) mais pas de me punir. Vous n’avez pas ce droit, vous avez juste le pouvoir. Et l’idée stupide de l’utiliser, ce pouvoir, vous est venu de la nuit des temps, comme les machines animées automobiles que nous sommes. Ça vous dérange d’être une machine, pas moi, je suis ce que je suis, et j’en suis conscient… content c‘est autre chose mais je fait avec, c’est le principal et nous n‘y sommes pour rien.

 

 

 

Quelques éléments supplémentaires:

 

      Les humains pensent que toutes les fonctionnalités de notre corps, donc de notre pensée, sont identiques entre individus, par exemple nos volontés, nos désirs, nos émotions, etc.., seraient identiques, et même une sorte de fonction de contrôle qui serait identique chez tous les humains, contrôle comportemental, du désir, des émotions, etc.. C’est assez bizarre comme raisonnement.

 

      Du fait que je sois né homme, j’ai 96% de plus de (mal)chance qu’une femme de devenir un criminel. Ce qui démontrerait qu’il y a de l’hérédité dans le crime…, à moins que ce soit l‘éducation masculine qui pêche, mais ça revient au même pratiquement. À moins que la criminalisation des comportements masculins soit supérieure à la criminalisation des comportements féminins, puisque la criminalisation est artificielle…

 

      Il est tout à fait humaniste de savoir comment fonctionne un humain, au moins pour l’éduquer correctement et éviter de le foutre en tôle quand on a loupé son éducation, ce qui est le comble de la connerie. Prétendre être humaniste pour réfuter l’absence de libre arbitre est stupide, toute question est à cogiter sans passion.

 

      L’école prive les enfants de leurs parents et des nombreuses années d’éducation qu’apporte le parallélisme de conduite entre l‘enfant et son tuteur adulte. L’école est une bonne chose, mais il faut multiplier la présence des adultes auprès des enfants. Peut-être faudrait-il demander aux retraités de mettre un pied à l’école..!

 

      À quoi sert la peine de mort si on multiplie le nombre d’humains sur Terre et donc la peine de mourir pour tous les humains.  (Un milliard d’humains, un sur sept, ne savent pas ce qu’ils vont manger le lendemain et boivent de l’eau croupie. La courbe de progression du nombre de malheureux sur Terre est quasi exponentielle, ce qui contredit les progrès humains.)


berlherm

 

Partager cet article

Repost 0
Published by berlherm - dans Rationalisme
commenter cet article

commentaires

jlapdm 12/09/2010 15:08


Pardon monsieur le juge, mais je ne peux pas vous raconter mon enfance, j’ai effacé ma mémoire qui précède ma majorité, je trouvais cette période totalement stupide. Comment c’est impossible? Vous
voulez dire que je ne suis pas maître de ma mémoire? Mais si je ne suis pas maître de ma mémoire, de quoi suis-je donc maître? Mon comportement existe-t-il sans mémoire?


berlherm 04/05/2010 13:10


- Droits de l’homme - Article 18: « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience … »
=> Ce qui implique l’interdiction de tuer. Et donc un gouvernement qui exécute une personne est hors les droits de l’homme puisqu’en la tuant elle l’empêche de penser et d’avoir une conscience…


Présentation

  • : Le blog de berlherm
  • Le blog de berlherm
  • : Rationalisme et Universolisme. Méthode du rationnalisme. Qu'est l'universolisme opposé au créationnisme? Le fonctionnement de la pensée, de la perception, etc.. Méthode de recherche.
  • Contact

Recherche

Liens