Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 20:19

La crise monétaire mondiale, la malhonnêteté flagrante des financiers, la fortune insensée de certains, les erreurs des traders, le milliards de malheureux vivant avec moins de un euros par jour, etc.., cette crise financière actuelle (2010) devrait nous contraindre tous ensemble, politiciens, associations, et particuliers, à remettre le concept à plat. Voici une courte analyse personnelle:

 

L’argent est un concept préhistorique. Il représentait jadis probablement une sorte de troc individuel, puis tribal. L’argent a été inventé il y a des milliers d’années, il n’a pas été fait pour jouer sur l’inflation et la déflation, les actions et obligations, etc..  Jouer sur le prix du sucre, du blé ou du riz, est ignoble. L’argent mémorisait un troc, il était en quelque sorte un reçu. L’argent est maintenant une des causes premières de la misère humaine. Le concept a été totalement dévoyé. L’argent est une coutume ancienne totalement décadente par ses principes qui vont à l‘opposé des droits humains. Il sert aussi bien à mesurer l’alimentation, la santé, le travail, celui de l’homme ou de la machine, que des objets, et parmi ces objets d’innombrables totalement superflus. L’alimentation c’est mon corps, c’est moi une fois ma bouche franchie. L’argent sert aussi à mesurer le plaisir, la détente, les loisirs. L’argent est un concept qui sert aussi bien à mesurer le concret que l’abstrait. L’argent sert surtout à amalgamer le vital et le superflu, le réel et le virtuel. Le symbole qui représente la nourriture et le symbole qui représente les objets superflus sont deux choses totalement différentes, or ces deux symboles sont confondus en un seul, l’argent. Comment peut-on mesurer la valeur d’une statuette ou d’une goutte de parfum, avec la même unité de mesure que la vie d’une personne, c’est-à-dire la nourriture?

 

L’argent est devenu un objet en soi, que l’on peut échanger comme s’il était concret. Il ne fait pas que représenter quelque chose, il est devenu une chose en soi. Et cette chose est devenue plus importante que les objets qu’il est sensé représenter, mais qu‘il représente également. Si bien que les concepts vitaux qu’il représente ont pris moins de valeur que l’argent lui-même. Pour changer le monde il faut remettre ce concept à plat, peut-être le scinder en deux... Il faut deux monnaies, une pour le vital et une autre pour le superflu, une qui mesure la vie et une qui mesure le frivole. La première serait une chose sérieuse identique pour tous, équitablement répartie, et la seconde un jeu si vous le voulez vraiment. Aujourd’hui il n’y a que la seconde qui existe, mais qui mêle le vital et le superflu dans un même jeu qui détruit la vie de milliards de personnes… 

 

 L’argent sert à masquer l’esclavagisme sous jacent. Les financiers maîtrisent l’argent, ils maîtrisent nos vies indirectement. Ils sont nos maîtres et nous sommes leurs esclaves, mais ça n’est pas dit verbalement, ça n’est pas fait strictement directement. C’est insidieux, car nous avons tous la liberté, soi-disant, de devenir milliardaires, personne ne nous en empêche directement, mais pouvons-nous devenir milliardaires autrement que par le plus grand des hasards? Pouvons-nous tous devenir milliardaires? Non, bien sûr que non, donc ça n’est pas démocratique puisque la démocratie est au moins majoritaire ! Nous sommes loin des 4 milliards de milliardaires… Mais les milliardaires n’ont que faire de la démocratie, ils en jouent!

 

Si l’homme exploite l’homme, c’est le résultat de cet amalgame entre vital et superflu. Diviser l’argent en deux types de monnaie, vitale et superflue, est une hypothèse qu’il faut considérer par son côté éthique d’abord, si c’est juste il faut l’appliquer quelle qu’en soit les répercussions économiques sur le moment. Les milliards de personnes à venir nous en remercierons. Actuellement on est au moyen âge, il faut en sortir. Il y a un code de la route très strict, il faut un code des monnaies au moins tout aussi strict.

 

Pour que la société tourne à peu près correctement, et au fur et à mesure que les connaissances générales se sont accrues, les humains se sont spécialisés dans des disciplines extrêmement variées. Personne ne peut maîtriser toutes ces connaissances. Aucun être humain n’est omniscient. La spécialisation est nécessaire puisque nous sommes une société qui doit, qui devrait, tourner comme une horloge dont nous serions les rouages, et si nous sommes les rouages d’une horloge sociale, alors chaque rouage est nécessaire, et le plus petit vaut le plus grand, pas de différence entre rouages différents, pas de salaires différents. Un rouage mort l‘horloge s‘arrête que ce rouage soit grand ou petit. Cette nécessité qu’est la spécialisation fait que chacun doit faire confiance dans les connaissances de l’autre et surtout dans l’honnêteté de l‘autre. Dans un système de spécialistes, la confiance doit être partagée, sinon le système de spécialisation à outrance tombera à l‘eau.  Nous devons faire confiance aux politiciens et aux banquiers en particulier, mais sont-ils dignes de confiance?

 

 

berlherm

Partager cet article

Repost 0
Published by berlherm - dans Rationalisme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de berlherm
  • Le blog de berlherm
  • : Rationalisme et Universolisme. Méthode du rationnalisme. Qu'est l'universolisme opposé au créationnisme? Le fonctionnement de la pensée, de la perception, etc.. Méthode de recherche.
  • Contact

Recherche

Liens