Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 13:33

Déclaration universelle des droits de l'être humain rationnel.

Les devoirs de la femme et de l'homme rationnels.

 

Ou

 

Précontrat de naissance entre la société et l'enfant à naitre, précontrat valable pour une vie complète dans le bienêtre et sans contrainte.

 

 

Préambule :
 

Considérant ce qui suit :

  • l'être humain perçoit, accumule du savoir, et l'analyse.
  • les connaissances rationnelles de notre époque.
  • ce que nous savons sur l'univers, la Vie, et l'être humain.

 

  • l'univers se décrit, l'être humain fait partie de l'univers, il se décrit également. 
  • la matière est interaction, les choses n'existent que par interaction. Sans interaction pas d'existence. Tout est donc matériel.
  • la possibilité d'existence n'est pas l'existence. Les règles sociales ne peuvent être établies que sur des existences.
  • les êtres, les objets, les fonctions n'existent que lorsqu'on a fait une démonstration rationnelle de cette existence. (La non-matière n'existe pas, le libre arbitre n'existe pas, la télépathie n'existe pas, les dieux n'existent pas, etc..) 

 

  • la planète est un espace limité non renouvelable.
  • le milieu dans lequel la vie prospère est nécessaire à la vie, toute la vie.
  • l'être humain est une petite composante de cette vie. Sa part doit rester dans des proportions raisonnables et restreintes pour ne pas perturber l'ensemble.
  • l'artificiel est inclus dans le naturel.
  • les notions d'espèce et de race ne sont pas rationnelles.

 

  • un être humain n'est pas composé de différentes parties, il est entièrement lui-même de la tête au pied, et indivisible. Il est son corps et son corps lui appartient.
  • un être humain est mis au monde sans son assentiment. La conception d'un individu qui n'a pas accepté de naitre est une dictature et une perversion de fait.
  • le créateur est responsable de sa création.
  • la femme est la créatrice de l'enfant. Elle est son corps et son corps lui appartient. 
  • l'homme participe à la conception. Il est son corps et son corps lui appartient.
  • l'être vivant est ce qu'il est. L'univers est ce qu'il est. Il n'y a pas de choix possible.
  • les associés désirent des associés pour perdurer sous forme de société.
  • nous venons d'une société animale incontrôlée et nous désirons aller vers une société humaine sécurisée.

 

  • la nécessité de bienêtre physique pour obtenir le bienêtre mental. 

 

  • le désir général de liberté et l'impossibilité de liberté totale.
  • le désir général d'égalité et l'impossibilité d'égalité totale.
  • le désir général de fraternité et l'impossibilité de fraternité totale actuelle.

 

  • nous sommes ce que nous sommes, il faut l'admettre, sans nous vanter et sans nous dénigrer. L'être humain se décrit.
  • chaque être est différent de tous les autres.
  • le milieu dans lequel chacun vit est différent.
  • les intelligences sont toutes différentes et toutes potentiellement utiles. Aucune n'est supérieure, aucune n'est inférieure.
  • les significations et les compréhensions sont toutes différentes.

 

  • la Vie perdure alors que l'individu est mortel.
  • les sociétés perdurent alors que l'individu est mortel.
  • les connaissances sociales s'améliorent, s'accumulent, sont pléthoriques.
  • chaque individu est limité en faculté, dimension mentale, et durée de vie.

 

  • un individu est un système continu intégré dans le continuum espace-temps.
  • un être vivant est un corps constitué d'une alimentation à renouveler, d'une eau à renouveler, d'un air à renouveler, de façon continue. Nous le savons tous avant la conception de cet être.
  • la dualité corps/esprit n'existe pas plus que la dualité matériel/logiciel en informatique, tout est matériel.

 

  • un être humain est fragile, physiquement et intellectuellement.
  • les maladies mentales sont des maladies physiques, le mental étant inclus dans le physique.
  • les fonctions mentales utilisées dans l'excès sont à contrôler, elles deviennent névroses, les principales à contrôler sont la confiance, l'obsession, le délire, l'outrance (CODO).

 

  • les sociétés perdurent, ce qui signifie que les gouvernements perdurent également, et devraient toujours être composés des hommes rationnels les plus sages et les plus compétents de la société de façon constante, ce qui n'est pas le cas de chaque individu qui nait, croit, et meurt. La société n'est pas un individu.
  • le problème des déviances de la gouvernance doit être réglé.
  • le problème de la finance et des dettes, des sociétés et des individus, doit être réglé. 
  • le problème de toutes les hypocrisies, dont celles des gestions de l'homme par l'homme doivent être réglées.

 

Articles :

1. Ce précontrat est signé dans le sens société-individu. Il lie la société, mais ne lie en aucun cas l'individu à la société qui a autorisé sa naissance. La société est toujours liée par ce précontrat implicitement signé, mais l'individu ne l'est pas. L'individu peut rompre ce précontrat, la société ne le peut pas. Elle doit dans tous les cas respecter ce précontrat.

 

 2. Un être humain vit sous ce précontrat sans aucune considération du lieu de naissance, et quel que soit l'endroit où il se trouve sur Terre ou ailleurs.

 

 

3. Dans la mesure des connaissances rationnelles de l'époque, la vérité entière doit être dite à chaque être humain, à toute intelligence potentielle quelle qu'elle soit, dans un but d'information et de formation à l'intelligence générale.

 

 

4.   - Nul ne pouvant introduire un associé dans une société sans accord social préalable, une femme ne peut faire d'enfant que si cette société l'y autorise de façon directe ou tacite. 
      - Aucune femme n'est tenue de mettre un enfant au monde contre sa volonté, quel que soit le précontrat de naissance qui lui est présenté. 
      - Un être humain n'a d'utilité que pour lui-même. On ne peut le mettre au monde pour sa propre utilité, ses propres besoins.

 

 

 5.   - Chaque femme et chaque homme sont en droit d'améliorer ce précontrat pour le bénéfice de l'enfant à venir, et de tenter d'obtenir la signature de ses associés. En aucun cas, ce précontrat ne peut être dévalué ou détourné de son but.  
       - Si ce précontrat n'est pas respecté, n'importe qui dans la société ou hors société, en ayant connaissance, a le devoir et le droit, d'obtenir par tous les moyens à sa disposition, légaux de préférence, qu'il soit respecté dans les plus brefs délais, seul ou en association.

 

 

6.   - Toute femme peut établir un nouveau précontrat de naissance, en supplément de celui-ci, avant la conception d'un enfant, qui sera aussi un associé pour la société humaine. Il est recommandé que chaque femme et chaque homme avant la conception tentent d'améliorer les termes de ce précontrat.
      - Une femme enceinte par accident ou contre son gré peut avorter pour son bien et pour celui de l'enfant puisqu'elle n'a pas eu le loisir d'améliorer ce précontrat de naissance avant la conception. Si elle est enceinte suite à un viol (démontré), la femme obtient d'office le meilleur précontrat de naissance jamais établi, au cas où elle ne désirerait pas avorter.

 

 

7.   - Nul n'est tenu d'entrer dans une association, quelle qu'elle soit : nation, syndicat, église, club, etc.. Chacun peut adhérer à l'association qu'il désire, et peut créer l'association qu'il désire.
      - Aucun être humain n'est tenu de respecter un contrat qu'il n'a pas signé lui-même.
      - La société doit s'efforcer par l'éducation, et non la contrainte, de faire comprendre les nécessités de ce précontrat, sans aucune hypocrisie.

 

 

8.   - L'intelligence s'acquiert, chacun doit être formé dans la mesure du possible à l'intelligence dès la naissance. 
      - L'éducation à l'intelligence est un rôle social obligatoire.
      - L'intelligence passe par la formation au respect de soi et au respect de l'autre.
      - L'intelligence passe par le dialogue et non la violence. 
      - Le discours logique et rationnel s'apprend.
      - L'intelligence est d'abord comportementale. Les individus doivent apprendre à gérer et contrôler leurs comportements dans le respect de soi et d'autrui.
      - L'apprentissage de l'intelligence n'est jamais terminé.
      - À la naissance, tout individu est vierge de signification. Les significations sont d'origines personnelles et culturelles. Aucun individu n'a de signification identique à aucun autre. La compréhension passe par la signification. Personne ne comprend quoi que ce soit de la même façon qu'une personne quelconque.
      - L'univers se décrit, l'être humain fait partie de l'univers, il se décrit également. Il s'agit de description et non d'imagination. Certaines choses « peuvent exister » que nous ignorons et que nous ignorerons toujours, mais « peut exister » n'est pas « exister ». Une théorie n'est qu'une théorie. Aucune loi ne peut obliger à suivre une théorie comme étant un fait.
      - Pour le développement de l'intelligence collective, chacun est tenu de participer selon ses moyens à la description de l'univers. Nul ne peut être empêché de transmettre sa description à l'ensemble des sociétés humaines.
      - Contraindre un être humain à quoi que ce soit, et donc à la réflexion, est interdit. L'éducation et la réflexion doivent être intéressantes, et elles doivent se faire dans le plaisir. 
      - L'éducation doit s'efforcer de rendre rationnel tout nouvel associé.

 

 

9.   - Le libre arbitre n'existant pas, nul ne peut être tenu pour responsable de quoi que ce soit, pas plus la société que les individus. Nul ne peut être puni.
      - Une société, se gérant elle-même pour le bienêtre commun et de chacun de ses associés, est en droit de protéger ses associés. Pour cela, elle peut utiliser une force adéquate. La mise à l'écart d'un individu, qui reste toujours un associé, doit être faite en fonction du but recherché non seulement par la société, mais par l'individu. Si l'individu veut rompre le précontrat, il doit le signaler. S'il ne l'a pas signalé, il est en tort. Ce précontrat ne peut être rompu par la société, il reste valide dans le sens société-individu même si l'individu le rompt dans le sens individu-société. Le libre arbitre n'existant pas, la mise à l'écart de cet individu doit être faite humainement, et non dans un but de punition. Tout comportement inadéquat d'un individu peut provenir d'une déficience ponctuelle, voire définitive, ou d'un défaut imprévu d'éducation. Dans tous les cas la société doit réexaminer sa propre copie. L'individu peut désirer être réintégré ou rester en dehors de la société, son choix doit être fait en toute connaissance de cause, dans la mesure du possible social et individuel. S'il veut intégrer la société, l'individu adulte doit signer un contrat (et non un précontrat) définitif. Toute récidive entraine un rejet définitif de la société, toujours dans des conditions humaines.
      - Pour traiter les cas d'asociabilités, la société doit s'efforcer de contenir sa population de telle manière que des zones de son espace géographique soient habitables et vivables pour des solitaires adultes hors précontrat. 
      - La surpopulation est un crime contre l'humanité. Une société atteint un niveau de surpopulation quand elle ne peut plus vivre en autarcie de façon correcte pour chacun des individus qui la composent. La surpopulation entraine malêtre, entassement des humains, monocultures, monoélevages, productions intensives, pollutions, destruction du biotope, extinction de la flore et de la faune, multiplication des maladies spécifiques à l'homme, famines, guerres, révolutions, etc.. 
      - La surpopulation locale est également reconnaissable quand un individu ne peut rester sur son lieu de naissance alors que c'est son désir.
      - Le principe de base de tout droit humain est qu'un être humain heureux est une chose normale, mais qu'un seul malheureux est un malheureux de trop. En multipliant le nombre d'humains on ne peut que prendre des risques inutiles.
      - Toute maladie physique est soignée par la société, dans la mesure du possible. La société doit le bienêtre donc la santé à tous ses associés.
      - Tout individu naissant dans un lieu précis a le droit d'y rester si c'est son désir. Il peut également l'en quitter si c'est son désir également. On ne peut le contraindre pour aucune raison à le quitter, ni à y rester, d'où le besoin de zones hors société. 
      - Un être humain intelligent peut choisir sa mort et son lieu de mort dans le respect de l'autre.

 

 

10. - Un mineur n'est pas considéré comme ayant tous les éléments pour juger de la valeur exacte du précontrat. Il doit être traité en tant que tel. Son éducation doit être poursuivie jusqu'à ce qu'on ait statué sur sa compréhension du précontrat, et de son entrée en société. À sa majorité, le mineur accepte ou pas le précontrat. Nous le savons.
      - Tout individu peut naitre avec des capacités intellectuelles le rendant incapable de compréhension. Nous le savons.
      - Tout individu peut naitre avec des capacités physiques différentes ou moindres. Nous le savons.

 

 

11. Nous sommes tous associés dès notre naissance, ce qui implique des droits donc des pouvoirs et des devoirs égaux pour tous, ce qui implique qu'un revenu minimum d'existence soit versé dès la naissance, quelle que soit la forme de ce revenu. Une fois mis au monde chacun a le droit de vivre dans le bienêtre, ce bienêtre étant du devoir des autres associés, donc considéré comme coauteurs, ayant accepté cette mise au monde consentie tacitement ou directement.

 

 

12. - Seules les sociétés peuvent obtenir une contribution de leurs associés ou taxer des objets. Un être humain ne peut donc toucher de l'argent en fonction du nombre d'humains intéressés ou d'objets vendus, il doit toucher un salaire en fonction de la quantité de travail fournie. 
      - Un être humain n'est pas né dans le but de travailler, ni dans le but de payer la retraite de ses parents ni celles des autres associés, il serait préférable qu'il occupe intelligemment sa vie sans contraintes sociale, patronale ou familiale. Il participe à la société de son plein gré.
      - Un être humain ne peut pas naitre avec des dettes, ni ne peut contracter de dettes pendant toute sa minorité. Les dettes sociales doivent être hors la loi, ce sont des crimes contre nos associés futurs qui n'ont aucun pouvoir sur l'acceptation de ces dettes.

 

 

13. - Le libre arbitre n'existant pas, la liberté se définit culturellement par l'absence de contrainte sur les désirs et les besoins d'autrui, dans le respect de chacun. La liberté de chacun doit être respectée.
      - L'égalité étant matériellement impossible, la société doit tenter de faire respecter l'égalité des chances au départ et à l'arrivée, dans la mesure du possible. C'est-à-dire que si mille personnes désirent atteindre le même but, les mille doivent pouvoir l'atteindre dans la mesure du possible (par exemple : il ne peut y avoir mille postes de président de la République disponible simultanément).
      - La planète étant en état de surpopulation depuis plusieurs millénaires, il est difficile étant donnée la concurrence animale dans laquelle l'humanité ne parvient pas à sortir, d'obtenir que la fraternité soit respectée. Il faut donc viser au dépeuplement mondial dans les plus brefs délais, ce qui règlerait également d'autres problèmes comme la restriction des libertés et la pollution.

 

 

14. Un être humain, homme ou femme, accepte définitivement ce précontrat de naissance, ou celui plus avantageux obtenu par ses parents, dès qu'il participe à la conception d'un autre être humain, en accord avec la société. 

 

 

15. Aucune société humaine ne peut être créée sans les conditions minimales de ce précontrat.

 

 

16. Nous avons lu ce précontrat et nous savons tout ceci.

 

 

 

berlherm

Partager cet article

Repost 0
Published by berlherm - dans Rationalisme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de berlherm
  • Le blog de berlherm
  • : Rationalisme et Universolisme. Méthode du rationnalisme. Qu'est l'universolisme opposé au créationnisme? Le fonctionnement de la pensée, de la perception, etc.. Méthode de recherche.
  • Contact

Recherche

Liens